June 26th at 12:00am Posted in: News

Interview d’Ibrahima DIALLO — Directeur général de la Bourse de Sous-Traitance et de Partenariats (BSTP)

Instrument privilégié de mise en œuvre de la politique nationale du contenu local, la Bourse de Sous-Traitance et de Partenariats (BSTP) est une organisation à but non lucratif lancée en décembre 2018 par le Gouvernement guinéen avec l’appui de la SFI du groupe de la Banque mondiale et du secteur privé guinéen. Elle sert de courroie de transmission entre les PME locales à la recherche d’opportunités d’affaires et les grandes entreprises et les multinationales basées en Guinée.

Dans cette interview exclusive, le directeur général de la BSTP nous livre les acquis, les facilités et les perspectives à court et long terme de la BSTP depuis sa création.

Dites-nous quels sont les objectifs spécifiques de la Bourse de Sous-Traitance et de Partenariats ?

La Bourse de Sous-Traitance a pour objectif de renforcer le contenu local pour permettre au secteur privé guinéen de bénéficier des opportunités d’affaires qui existent dans le pays. Il est vrai que depuis l’élection du président de la République, le professeur Alpha Condé en 2010, la Guinée ne cesse d’enregistrer beaucoup d’investissements étrangers mais l’impact local tardait à se faire ressentir. Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de promotion du contenu local, la BSTP a été mise en place pour faciliter la mise en relation entre les PME locales, les grandes entreprises ou les multinationales afin que le secteur privé guinéen bénéficie des opportunités d’affaires, notamment dans le cadre de la sous-traitance. Nos objectifs spécifiques sont de mettre en relation les entreprises locales et les grandes entreprises et/ou multinationales ; de renforcer les capacités des entreprises locales à travers des diagnostiques et formations; de faciliter l’accès au financement pour les PME locales à travers nos partenaires bancaires afin de leur permettre d’exécuter les contrats dont ils bénéficient. Nous facilitons aussi la mise en relation et les partenariats entre les entreprises internationales et les entreprises locales qui veulent avoir accès au marché guinéen dans le cadre de la création des joint-ventures, avec à la clef le transfert de compétences et de technologie.

Quels sont les facilités et avantages offerts à la fois aux PME et aux autres partenaires à de la BSTP ?

D’abord, nous avons une plateforme en ligne, www.sous-traitancegn.com qui permet aux entrepreneurs d’accéder aux informations sur les appels d’offres, car l’accès aux informations est primordial, pour que les promoteurs d’entreprises puissent savoir où trouver les opportunités. Souvent quand vous échangez avec les responsables des PME locales sur leurs difficultés à bénéficier des appels d’offres, ils vous répondent qu’ils ne savent pas où les trouver. Pour remédier à cela, les PME ont désormais la possibilité de s’enregistrer sur notre plateforme en ligne et d’être informés en temps réel par notifications de la publication des appels d’offres ; postuler et voir quelles sont les exigences de l’offre. De plus, ils peuvent se rendre au siège de la Bourse de Sous-Traitance à la Minière dans la commune de Ratoma entre l’ONAP et la Direction Nationale de la Géologie.

Nous collaborons également avec les entreprises minières pour les aider à concevoir leurs listes de fournisseurs. Pas plus tard que l’année dernière, une entreprise minière actuellement en phase d’installation en Guinée voulait concevoir sa liste de fournisseurs, ne connaissant pas l’environnement guinéen, à travers la bourse, elle a eu accès à notre base de données composées de fournisseurs fiables et compétitifs. La conception de listes de sous-traitants pour les sociétés minières est un outil de facilitation et de mise en relation que nous mettons à la disposition de nos partenaires ; il y a aussi nos interventions dans le cadre du renforcement de capacités: l’année passée, nous avons formé plus de 1000 dirigeants d’entreprises en les aidant à comprendre les standards internationaux, particulièrement des sociétés minières afin de faciliter leur compréhension et leur inclusion dans la chaîne de valeur minière.

Le renforcement de capacités permet surtout aux PME locales d’être compétitives et de répondre aux standards et normes internationales. La bourse assiste aussi les PME dans l’obtention de fonds de préfinancement pour l’exécution des contrats de sous-traitance.

Quels sont les résultats concrets ou les acquis auxquels est parvenu la BSTP depuis sa mise en place ?

Durant notre première année, nous avons facilité la création de deux partenariats dans le secteur de la gestion des bases vies minières. Pour la première fois, nous avons enregistré un actionnaire guinéen dans ce domaine ; nous avons facilité la mise en relation entre les sociétés minières et les entreprises locales pour des contrats d’une valeur de plus de 14 millions de dollars. Parmi les entreprises bénéficiaires se trouvent des entreprises qui n’ont jamais obtenu de contrats auparavant. Pour la première fois en Guinée une entreprise locale a obtenu un contrat de construction d’une piste minière alors qu’elle était en compétition avec des entreprises internationales. Cela veut dire que le secteur privé guinéen regorge d’entreprises compétentes.

En termes de financement, nous avons facilité la mise à disposition de plus d’un million de dollars de financement pour les PME locales. Cela veut dire que le secteur bancaire aussi est disposé à accompagner les PME membres de la BSTP parce que les banques sont conscientes que nous nous attelons à rendre fiables et viables les PME membres de notre plateforme.

Quels sont les mécanismes de résilience que la BSTP a mis en place pour faire face au covid-19 (BSTP, PME, Partenaires) ?

C’est vrai que la Guinée tout comme le monde entier traverse une situation assez difficile liée à la pandémie du coronavirus. Au niveau de la bourse, nous avons pris des mesures en interne parce qu’avant de penser aux PME, il fallait d’abord s’assurer que nous étions en mesure de garantir la sécurité et la santé de nos travailleurs. Nous avons donc immédiatement suivi et appliqué les mesures barrières et de distanciation sociale qui ont été annoncées par l’ANSS. Notamment le lavage des mains, le port du masque, la distanciation, la réduction du flux de la clientèle et du personnel dans nos locaux, la promotion du télétravail, etc…ce sont là quelques mesures que nous avons prises en interne.

Maintenant, la deuxième phase, c’était de passer à l’écosystème du secteur privé. Nous avons réalisé des enquêtes axées sur l’impact du covid-19, sur les activités des PME et là, la majorité des PME ont évoqué une baisse de leur activité et de leur chiffre d’affaires, la suspension ou l’annulation des contrats de sous-traitance. Il fallait donc identifier quelles étaient les mesures à mettre en place pour toutes les entreprises membres de la BSTP. Nous nous sommes rassemblés avec nos partenaires, nous avons mis en place un plan de riposte en deux phases : la sensibilisation du secteur privé, ensuite le renforcement de capacités. Nous avons prévu de lancer des formations et du coaching sur la transformation digitale pour aider les PME à saisir les opportunités qui existent à travers le digital et au-delà de ça, nous allons aussi former les PME sur tout ce qui est plan de riposte et plan de relance. Des consultants seront mis à la disposition des PME membres de la bourse afin de les aider à élaborer leur plan de riposte covid-19 et leur plan de relance post covid-19, car il faut déjà commencer à réfléchir à l’après-covid-19.

Nous travaillons déjà avec les partenaires, notamment avec le projet de renforcement de la compétitivité des PME et l’accès au financement en Guinée (PRECOP) pour mettre en place un programme de renforcement de compétences des entreprises. Ce programme concerne les PME qui produisent des matériaux liés au covid-19 afin de s’assurer que tout ce qu’elles produisent répondent aux standards internationaux pour les aider à acquérir des outils qui leur permettent d’accroître leur production et de répondre à la forte demande ; on va également lancer la BSTP WEB TV, c’est une chaîne YouTube qui permettra aux promoteurs de PME de continuer à renforcer leurs capacités avec des experts que nous allons inviter pour un partage d’expérience ; ensuite il y a un autre programme qui est axé sur la formation en marketing, en gestion des ressources humaines et en qualité hygiène santé et sécurité dans le contexte covid-19, parce qu’il est important de savoir que le contexte a changé et il vaut mieux commencer à s’adapter à travailler dans cette situation de crise sanitaire. Au-delà de ça, nous avons signé un partenariat avec MTN dans l’optique de réduire les coûts liés à la connexion internet pour les PME, soit une remise de 60 %, cela facilite le télétravail et réduit leurs charges. Nous avons d’autres partenariats avec des institutions de langue qui offrent la possibilité aux responsables des PME de se former en anglais. Bref, c’est tout une panoplie de mesures qui ont été prises par la BSTP pour permettre aux PME d’être résilientes et de faire face à cette menace du covid-19 et ses conséquences sur leur business.

Quelles sont vos perspectives à court et long terme ?

À court terme, nos perspectives tournent autour du covid-19, parce que comme je le disais tantôt, le monde tel qu’on le connait a changé. Il faut donc s’adapter et aller maintenant de l’avant. Il faut permettre aux PME de résister durant cette période covid-19, d’avoir des plans de relance et de redéfinir même leur stratégie. On va continuer à aider les entreprises à s’adapter à cette période ; ensuite à se préparer pour l’après-covid-19, en mettant en place des plans de relance.

Du côté des partenaires aussi, il y a des opportunités qui se présentent : les sociétés minières avant le covid-19 avaient des contrats signés avec des entreprises de sous-traitance étrangères mais aujourd’hui avec le confinement, ces entreprises ne peuvent pas venir pour exécuter ces contrats. Nous sommes actuellement en train de voir dans quelle mesure les entreprises locales pourraient bénéficier de ces contrats avec une assistance technique de la bourse dans le cadre de la mise en œuvre. Cela va permettre aux PME locales de développer des compétences dans des domaines qui ne leur étaient pas familiers.

Sur le long terme, avec toutes les opportunités dont disposent la Guinée que ce soit dans le secteur minier, agricole, hôtelier, etc… Nous nous sommes assignés comme objectif de s’assurer que tout contrat de sous-traitance qui peut être exécuté par une PME locale, revienne à une PME locale ; continuer de promouvoir le secteur privé guinéen et booster le nombre d’entreprises répondant aux standards internationaux ; créer un environnement propice au développement des PME et permettant de capter les opportunités des différentes chaînes de valeur dans tous les secteurs.

Acheteurs et Partenaires

Top